Projets de recherche

PARTICIPATION AU 9ÈME CIFAS À MONTRÉAL

Comme détaillé par ses organisateurs, « le congrès du CIFAS se veut inclusif. Il porte sur les adultes, sur les adolescents agresseurs sexuels, de même que sur la recherche et les pratiques cliniques auprès des victimes d’agression sexuelle. Ainsi, ce colloque [a été] une occasion unique de partager et d’échanger entre des intervenants-chercheurs qui ont tendance à travailler de manière cloisonnée sans considérer la globalité de l’agression sexuelle et en opposant généralement l’agresseur à la victime ».

Deux des communications présentées par les membres de l’UPPL portaient sur une recherche en cours :
  • « Consommateurs et diffuseurs de pédopornographie : profil type ou pluralité des profils ? » Julien Lagneaux, Marc Malempré, Luca Carruana, Dorothée Rousseau, Christophe Kinet, Hélène Wolf, Clarisse Hennen, Jessica Thiry

  • « Téléchargement et diffusion de pédoporno-graphie : Aspects cliniques et sens du passage à l’acte » Julien Lagneaux, Marc Malempré, Luca Carruana, Dorothée Rousseau, Christophe Kinet, Hélène Wolf, Clarisse Hennen, Jessica Thiry

Les deux autres sur des situations cliniques :
  • « L’adolescent « AICS » ou l’adolescent aux prises avec sa pulsionnalité » Jessica Thiry, Vinciane Leroy

  • « Quand le patient s'exhibe... » Vinciane Leroy, Jessica Thiry

La recherche présentée est une recherche multi-équipes sur les AICS judiciarisés pour des faits de détention de matériel pédopornographique. Nous disposons d’un échantillon de 175 AICS adultes judiciarisés dans ce cadre. La recherche quantitative comporte à ce stade deux volets :

  • Une recherche descriptive sur base de données sociodémographiques, sexologiques, criminologiques et psychopathologiques.
  • Une recherche comparative entre deux groupes de téléchargeurs : un groupe composé d’AICS uniquement judiciarisés pour des faits de détention de matériel pédopornographique (N = 96) et un groupe d’AICS judiciarisés pour détention de matériel pédopornographique en association avec d’autres faits de mœurs (N = 79).
  • Le volet qualitatif de cette recherche, portant sur le sens du passage à l’acte, a nécessité l’extraction de 22 sujets sur les 175 sujets de l’échantillon initial. Nous avons procédé selon des études de cas avec « réduction phénoménologique » autour du sens de l’acte dans le cadre d’intervisions cliniques en présence du ou des thérapeutes afin de procéder à une analyse de contenu pour l’identification des facteurs cliniques en cause dans la dynamique de commission des faits. Cette analyse a permis la création d’une représentation graphique sous la forme d’un « Modèle en étoile » afin de comparer des groupes en fonction des traumatismes subis (sexuel et/ou psychologique non sexuel)
Veuillez trouver en téléchargement libre les présentations au 9ème CIFAS (Montréal 2017) concernant notre étude sur les auteurs de téléchargements de matériel pédopornographique. 

L’exposé portant sur l’adolescent « AICS » interroge la prise en charge délicate de ces jeunes. Partant d’une situation clinique, nos hypothèses nous ont permis de proposer un cadre adapté, montrant à quel point il est nécessaire de considérer la pulsionnalité, sexuelle et/ou violente, comme faisant partie du processus adolescentaire et de proposer un cadre qui gagne à être en constante évolution.

Nous appuyant sur la littérature (Balier, Nasio, Roman entre autres), nous insistons sur l’importance, face à une demande prise en charge d’un adolescent auteur de faits qualifiés infractions à caractère sexuel ou de comportements sexuels inquiétants pour son entourage adulte, de faire la différence entre, d’une part, le passage à l’acte qui vient signer quelque chose de l’ordre du développement chez l’adolescent éprouvant une difficulté dans le remaniement pubertaire et, d’autre part, l’adolescent qui se dirige vers un développement pathologique où pourrait être réellement difficile le rapport à la Loi sur le long terme. «

Quand le patient s’exhibe » propose des hypothèses cliniques portant sur un patient manifestant des comportements exhibitionnistes dans le lieu de soin psychothérapeutique individuel. Que vient dire ce patient de lui au travers de ses agirs ? Nous montrons comment le transfert et le cadre peuvent être des contenants, des pare-excitations permettant la construction subjective.

PARTICIPATION AU 8ÈME CIFAS À CHARLEROI

Etude exploratoire sur une population d’AICS belges judiciarisés dans le cadre d’une détention de matériel pédopornographique (J. Lagneaux, . M. Malempre , D. Rousseau & al.)

 

Cette recherche est issue de la collaboration entre 4 équipes de santé spécialisées (Huy, Liège, Epsylon, Verviers, Triangle) et l’UPPL. Elle émane d’un questionnement clinique quant à cette population « particulière » que représentent les AICS téléchargeurs de pédopornographie. En effet, de prime abord, les consommateurs de pédopornographie semblent être des délinquants « à part », ou en tout cas montrer des fonctionnements différents. Cette intuition clinique n’est pas sans soulever plusieurs interrogations quant aux modèles habituels de compréhension du passage à l’acte et aux modèles d’interventions cliniques.

D’un point de vue méthodologique, nous nous sommes attelés à l’analyse d’avis motivés de 118 patients adultes téléchargeurs de pédopornographie. Pour ce faire, nous avons créé un recueil de lecture, facilitant la recherche de données sociodémographiques, sexologiques, criminologiques et psychopathologiques au sein de ces avis motivés. Nous avons, dans un premier temps, réalisé une analyse statistique basée sur la description des données. Dans un second temps, nous avons créé deux groupes au sein de nos participants : l’un composé de personnes ayant exclusivement téléchargé de la pédopornographie exclusivement (N = 64) et l’un composé de téléchargeurs ayant également commis d’autres faits de moeurs en parallèle (N = 54) et ce afin de comparer leurs profils au travers de différents domaines.

D’un point de vue descriptif, notre échantillon reflétait :

- de bons niveaux de performances cognitives ;
- peu d’antécédents d’adversité notable dans leur histoire de vie ;
- aucun ou très peu d’antécédent psychopathologique ;
- un léger retard dans les 1ères expériences sexuelles par rapport à la population générale ;
- une qualité du lien social globalement préservée ;
- la présence d’immaturité, d’une perturbation de l’image de soi et de difficultés dans la sphère relationnelle et affective ;
- pas plus de dysfonction sexuelle que la population normale.

L’analyse de la délinquance sexuelle des sujets de notre échantillon :

- ne correspond pas à une rupture brutale de l’équilibre personnel ;
- n’est pratiquement jamais le fait d’une maladie mentale ;
- n’est a priori pas anecdotique ;
- s’inscrit dans une perturbation durable du fonctionnement ;
- n’est pas clairement expliquée par une pédophilie ;
- serait liée à de la frustration sexuelle ou à de la curiosité.

D’une manière générale, le profil de risque de récidive sexuelle des sujets de notre échantillon est de niveau faible à modéré. En comparaison aux groupe de délinquants sexuels à infractions mixes, le groupe de sujets exclusivement interpellés pour des faits de détention de pédopornographie:

- présente moins de diagnostics de paraphilie ;
- présente moins de diagnostics de psychopathie ;
- présente moins de diagnostics de perversion ;
- présente moins de diagnostics de personnalité borderline ;
- évoque davantage la « curiosité » comme motivation du téléchargement délictueuse.

Collaboration entre les trois centres d’appui belges et le CRDS pour l’élaboration d’un outil statistique commun

Pour la première fois depuis leur création, les trois centres d’appui belges (UFC, CAB et UPPL) ainsi que le centre de recherche en défense sociale (CRDS) s’unissent dans le but de développer un outil commun à la récolte des données sur les AICS en Belgique.

Lors du Cifas 2015, un symposium a permis de présenter les premiers résultats de la mise en commun de statistiques liées au traitement des AICS au cours de l’année 2014 au sein des trois centres. Cette première étape de la recherche a permis de mettre en évidence les difficultés de rendre homogène les données issues de systèmes d’enregistrement de données différents. Cette étude a également permis de montrer les similitudes et les différences entre les centres d’appui tant en terme de pratiques, de missions et de caractéristiques liées à la population traitée. Ainsi, il est apparu qu’en fonction de la situation géographique des centres d’appui (lié à un hôpital, à la proximité d’un Etablissement de défense sociale, etc), les caractéristiques sociodémographiques et criminologiques différaient. Les autorités mandantes différaient également en fonction de la région concernée de même que la mise en place de certaines missions. Ce projet permettra, à terme, de collecter de manière systématique et homogénéisée des informations sociodémographiques, sexologiques, criminologiques et psychiatriques. Ces informations constituent autant de données indispensables au développement de futurs projets de recherche à l’échelle nationale.

PÉDOPHILIE ET LITTÉRATURE : LES LIAISONS DANGEREUSES ? (C. LALOY ET DR. JM. VERDEBOUT)

Cette communication avait pour ambition de réfléchir au sens donné à la pédophilie à partir d’oeuvres littéraires. Nous avons travaillé à partir de quatre oeuvres : « La philosophie dans le boudoir » de Sade, « Cette camisole de flammes » de Gabriel Matzneff, « Lolita » de Vladimir Nabokov et « Tigre, Tigre ! » de Margaux Fragoso.

Donatien Alphonse François de Sade, au dix-huitième siècle, a écrit une oeuvre à la fois érotique, politique et philosophique où le plaisir sexuel est associé à des comportements violents et cruels (tortures, meurtres, incestes, viols, etc.). A toute valeur morale religieuse, il oppose que la Nature est amorale et violemment agissante. Il propose à l’homme de se plier à sa Loi, sans notion donc de Bien et de Mal. Sade supprime ainsi radicalement le droit humain et propose une philosophie anarchique, supprimant la liberté et le libre arbitre. Sade glisse d’une défense des plaisirs libertins à l’encouragement et la justification de l’inceste, de l’infanticide et du meurtre comme étant naturels et sources de jouissance. Dans l’oeuvre de Sade, la pédophilie est présentée comme un modèle et une étape d’un projet global de destruction.

Gabriel Matzneff, né en 1936, est issu d’une famille russe émigrée en France. Il a eu très tôt un succès littéraire qui s’est toujours mêlé d’un certain scandale dû à son thème de prédilection : l’apologie de la pédophilie. Son oeuvre littéraire, au style remarquablement délié, comporte quatre volets - les romans, les essais, les poèmes et le journal intime-, où s’entrecroisent les mêmes thèmes, les mêmes sujets de fond. Matzneff présente sa pédophilie, ou « philopédie », comme une manière de libérer les enfants de leurs mères et de leurs familles décrites systématiquement négativement. Les textes de cet auteur lui permettent de présenter ses délits avec fierté, de le déculpabiliser, voire de le renforcer, son oeuvre paraissant construite comme un mécanisme de défense lui permettant d’échapper à la menace d’effondrement psychique.

Vladimir Nabokov né en 1899, publie « Lolita » en 1955. L’oeuvre, qui relate la relation transgressive d’un pédophile à sa victime, a été de tout temps sujette à polémique, certains critiques faisant état de leur malaise face à ce qu’ils nomment la « complaisance » de l’auteur pour son narrateur. Le personnage Humbert Humbert, narrateur, inventé par Nabokov, cherche à retrouver dans la réalité un amour d’enfance qui lui a laissé un profond souvenir et un regret infini. Le récit indique comment la nostalgie d’un moment sensuel devient le mobile de comportements pédosexuels En tissant une relation avec Lolita, il matérialise ce souvenir et le salit en même temps. Il détruit Lolita et s’en veut. Il trouve alors dans la littérature, durant son emprisonnement, une manière de se sauver : il fait de son expérience une oeuvre d’art et un témoignage utile.

Margaux Fragoso, dans son livre autobiographique « Tigre, tigre ! » traduit en français en 2012, décline le point de vue de la victime. Elle décrit comment, jeune enfant, elle fut dépendante d’un pédophile qui était pour elle à la fois un ami, un parent, un complice et un bourreau. Elle montre comment cette relation s’inscrit dans le secret avec une certaine complicité de l’entourage négligent qui admet sans le dire la situation. Elle décrit une relation de dépendance à son bourreau, à la fois enfant et adulte, comme si celui-ci, à l’instar d’une véritable drogue, avait le pouvoir de transfigurer pour elle la réalité. Elle termine son ouvrage en tentant de comprendre son bourreau par le fait qu’il serait resté en enfance, incapable de mener une vie adulte indépendante et par un plaidoyer pour la mise en place de traitements préventifs et curatifs pour les pédophiles.

Si Sade et Matzneff utilisent la littérature pour se faire les idéologues de la pédophilie et de la destruction, Nabokov, au contraire, présente clairement la pédophilie comme une transgression destructrice et en décrit les mécanismes. Margaux Fragoso témoigne quant à elle de son expérience de victime et tente d’y mettre du sens. Ces quatre exemples nous amènent à réfléchir les questions éthiques que l'existence même de certains écrits suggère. Les écrivains peuvent-ils tout se permettre au nom de l’art ? Où se situe la limite à la censure ? Où commencent la déviance et la délinquance sexuelle ?

Création SIP